open mobile menu Accueilcartographie des ConstellationsLes parcours Parcours de Thérèse PierreParcours de Marguerite ChabironParcours de Ruth MaierressourcesHome Mapping constellations The pathsPath of Thérèse PierreResources

Les parcours de résistance et de déportation de femmes qui ont aimé des femmes

Resistance and deportation journeys of women who loved women during World War 2

Français
English
Français
English
Français
English
Français
English
Français
English
Français
English
Français
English
Français
English
Français
Français
English
Français
English
Français
English
Français
Français
Français
English
Français
English
Français
Français

Cartographie des Constellations

Pour un confort de lecture, favorisez le mode plein écran.

Path of Thérèse Pierre

For reading comfort, promote full screen mode.

All images and excerpts are from the documentary, Où sont nos amoureuses, directed by Robin Hunzinger, produced by REAL Productions in 2007.

Memory transfer of the story of Thérèse Pierre


    A memorial plaque bearing the name of Thérèse Pierre is a affixed at the entrance of the upper elementary school of Fougères. The college of the town now bears his name. In 2013, for the seventieth anniversary of her assassination, a commemorative plaque was placed on the facade of the house she lived in.

    In the Marne, a commemorative plaque has been affixed to the Normal School for girls in Châlons-sur-Marne (today Châlons-en-Champagne). In 2007, a new plaque was inaugurated in the hall of this school that became Higher School of Teaching and Education (it replaces the previous plaque disappeared).

    Thérèse's name is also inscribed on the plaque "masters of the secular school" kept in the Square of the victims of the Gestapo in Reims and on the list of internees of the Monument to the martyrs of the Resistance of Epernay.

     But it will be necessary to wait until 2007 and the documentary
« Où sont nos amoureuses » of Robin Hunzinger to find a way to told the story of Therese no longer in a heterocentric way.

    Claudie Hunzinger's book « Elles vivaient d’espoir », published in 2010 at Grasset, also contributed to make the story of Thérèse and Emma known.

    In 2015, Queer Code via its website also helped to promote Thérèse Pierre.

Parcours de Thérèse Pierre

Cartographie interactive, pour un confort de lecture, favorisez le mode plein écran, la navigation se fait en cliquant sur les différents points.

Toutes les images et extraits sont issus du documentaire, Où sont nos amoureuses, réalisé par Robin Hunzinger, produit par REAL Productions en 2007.

Transmission mémorielle de l’histoire de Thérèse Pierre


    Une plaque portant le nom de Thérèse Pierre est apposée à l’entrée de l’école primaire supérieure de Fougères portant le nom de Thérèse Pierre. Depuis, le collège de la commune porte son nom également. En 2013, pour le 70eme anniversaire de son assassinat une plaque commémorative a été posée sur la façade de la maison qu’elle habita à Fougères.

    Dans la Marne, une plaque commémorative a été apposée à l’École normale de filles de Châlons-sur-Marne (aujourd’hui Châlons-en-Champagne). En 2007, une nouvelle plaque a été inaugurée dans le hall de cette école devenue École supérieure du professorat et de l’éducation (elle remplace la précédente plaque disparue).

    Le nom de Thérèse est également inscrit sur la plaque « des maîtres de l’école laïque » conservée dans le Square des victimes de la Gestapo à Reims et sur la liste des internés du Monument aux martyrs de la Résistance d’Épernay.

    Mais il faudra attendre 2007 et le documentaire « Où sont nos amoureuses » de Robin Hunzinger pour que l’histoire de Thérèse ne soit plus racontée de façon hétérocentrée.

    Le livre « Elles vivaient d’espoir » de Claudie Hunzinger publiait en 2010 chez Grasset contribua lui aussi à faire connaître l’histoire de Thérèse et d’Emma.

    En 2015, Queer Code via son site internet participe à son tour à faire connaître Thérèse Pierre.


Parcours de Marguerite Chabiron

Parcours de Ruth Maier

Cartographie interactive, pour un confort de lecture, favorisez le mode plein écran, la navigation se fait en cliquant sur les différents points.

Transmission mémorielle de l’histoire de Marguerite Chabiron


    L'histoire de Marguerite Chabiron nous a été transmise très succinctement par les sites officiels liés à l'histoire de la déportation et plus en détails par son neveu Jean François Moreau. Il décida à 73 ans de faire son « devoir de mémoire » en créanr un récit fictionnel afin de transmettre l'histoire de sa tante.

    Le récit
intitulé « L’étrange enquête de Charles Icelui Chapeau. Ravensbrück 2015 » est publié chez Librinova. Ce roman prend la forme d'un roman feuilleton et il est publié à l'occasion des 70 ans de la libération du camp de Ravensbrückoù sa tante et son amie furent déportées.

    Ce
« e-feuilleton » mensuel a conduit son auteur à rencontrer et échanger avec des résistantes françaises politiques, déportées comme sa tante à Ravensbrück. Il a interrogé des historiennes, comme Christine Bard sur la vie des lesbiennes dans les camps afin de mieux comprendre le vécu de sa tante lesbienne. Il questionna également sa famille à propos de la vie de Marguerite afin de partager cette histoire familiale via une fiction.

    Nous l'accompagnerons dans la transmission du journal intime de sa tante à un centre d'archives.


Cartographie interactive, pour un confort de lecture, favorisez le mode plein écran, la navigation se fait en cliquant sur les différents points.

Transmission mémorielle de l’histoire de Ruth Maier


    L'histoire de Ruth Maier nous est parvenue grâce à la mobilisation de la poétesse norvégienne Gunvor Hofmo, qui fut son amoureuse. Huit journaux que Ruth rédigea de 1933 à 1942 et plus d'une cinquantaine de lettres ont été conservés par Gunvor pendant plus de cinquante ans. En 1953, Gunvor tente en vain de convaincre son éditeur de publier un choix de textes tirés des journaux intimes de Ruth Maier. Ce refus est un choc terrible pour Gunvor qui toute sa vie fera référence à Ruth dans son œuvre littéraire. A la mort de Gunvor en 1995, les journaux de Ruth furent retrouvés parmi les manuscrits de Gunvor. Le poète, essayiste et traducteur Jan Erik Vold entreprit d'archiver et de classer les travaux de Ruth. Avec l'éditeur norvégien de Gunvor, il travailla à réunir les textes de Ruth, ainsi que les illustrations... La famille de Ruth, tout particulièrement Judith la sœur de Ruth, aida en transmettant correspondance et photos de famille. Les neveux de Gunvor Hofmo ainsi que sa cousine participèrent également à l'édition des œuvres de Ruth, tout comme ses amies norvégiennes encore en vie.

Des historien.ne.s et des professeur.e.s de lettres d'université contribuèrent à ce travail éditorial. Et ainsi fut édité
« Le journal de Ruth Maier. De 1933 à 1942, une jeune fille face à la terreur nazie » en 2007 en Norvège, puis traduit en français et publié en 2009 par K&B éditeurs. Cette fantastique mobilisation collective a contribué à la transmission de l'histoire de cette jeune fille juive autrichienne. A noter que ce travail éditorial ne censura pas les émois, désirs et amours lesbiens de Ruth. Acte précieux dans une société souvent encore très hétérocentrée.

    Le nom de Ruth Maier est présent à Oslo à deux endroits: sur le monument à la mémoire des victimes juives de la guerre qui se situe dans le cimetière est, et sur une plaque commémorative à l’École d'art et d'artisanat. A Vienne, au cimetière de Döbling, son nom est gravé sur la pierre tombale de la famille à côté de celui de son père et de sa mère.

Constellations Brisées

    Cartographies de trajectoires de femmes ayant aimé des femmes durant la Seconde Guerre Mondiale. Projet participatif européen, numérique et féministe de Queer Code.

    Selon le géographe Sylvain Tesson : « Les cartes mieux que les longs traités nous disent comment les hommes voient le monde. Et quelle place ils considèrent y occuper »1.

    Nous continuons d’enrichir l’historiographie de travaux de recherches notamment ceux concernant les lesbiennes et les « asociales » 2, nous avons décidé de rendre enfin visibles sur les cartes les trajectoires de femmes ayant aimé des femmes durant la Seconde Guerre Mondiale. « La carte est un instrument de pouvoir »3 argumente Sylvain Tesson. Elle sert à faire la guerre selon le géographe et géopolitologue Yves Lacoste. Alors nous avons voulu tracer ces constellations pour présenter la diversité, la singularité, la sororité de ces femmes persécutées par les lois nazies, fascistes et vichistes et invisibilisées par l’ordre moral patriarcal… Nos cartes sont un instrument de pouvoir. Celui féministe de contribuer à écrire collectivement notre Herstory. Et comme « toute carte est liée au projet de rendre visible l’invisible »4, il en est de même pour nos cartes !

 
 
Serge Klarsfeld témoigne dans la vidéo intitulée « Du mémorial à la cartographie de la Shoah » 5 de son partenariat en 2014 avec des chercheurs de l’ENS pour créer des cartes concernant les territoires et trajectoires de la Déportation depuis la France des enfants juifs. Il évoque également les enjeux de construire des cartographies afin de contribuer à rendre visibles et accessibles à toutes et tous des données historiques et de révéler des champs de recherches historiques à explorer.
Ce travail nous inspire.

    
Nos cartes s’inscrivent également dans les démarches participatives dynamisées grâce aux interfaces numériques et tout particulièrement celles menées par les groupes LGBTQI6 . Comme par exemple, celle de nos amies du Collectif lesbien lyonnais 7.

    Afin de faire connaître les parcours de vie de femmes déportées et persécutées qui ont aimé des femmes, quelles que soient leurs nationalités, quels que soient les statuts de déportées que le régime nazi leur a attribués, nous proposons un projet global alliant numérique, installations artistiques participatives, recherches historiques et féministes collaboratives. Cette démarche artistique et citoyenne s’inscrit dans une époque contemporaine de grands déplacements de populations cherchant à fuir des guerres, des famines, des situations climatiques dangereuses, des montées des extrêmes droites populistes en Europe et à travers le monde ainsi que la recrudescence des LGBTphobies… Cette démarche s’inscrit également dans un contexte politique d’ « économie » qui pousse nos gouvernants à ne vouloir conserver que les archives « essentielles » de la nation…

    La référence aux constellations est multiple : aux cartes du ciel pour se repérer, comprendre et se situer dans l’espace ainsi qu’à un des poèmes de Grisélidis Real… Ce projet met en valeur les ressources des centres d’archives allemands, néerlandais, français… et contribue à créer du lien entre les associations LGBT, les féministes, les historien.ne.s et les lieux mémoriels et d’archives.

    Nos deux premières cartes sont dédiées pour l’une à l’itinéraire de la résistante française Thérèse Pierre et pour la deuxième aux femmes regroupées sur le site QueerCode.

    Nous avons choisi de réaliser notre première constellation à partir du parcours de résistance de Thérèse Pierre, résistante responsable d’un réseau armé d’Ille et Vilaine à Fougères. Nous avons cheminé 10 ans avec l’histoire de Thérèse Pierre de 2007 à 2017 et nous voulions lui dédier notre première constellation car nous avons beaucoup appris à ses côtés depuis que nous l’avons découverte, grâce au documentaire « Où sont nos amoureuses » de Robin Hunzinger, diffusé en 2007. Nous l’avons présenté à travers la France, la Belgique mais également en Suisse auprès de publics LGBTQI et hétérosexuels. Nous avons mené nos propres recherches et accompagné Claudie Hunzinger à publier son manuscrit « Elles vivaient d’espoir ». Nous remercions chaleureusement Robin Hunzinger qui nous a autorisé à présenter de nombreux extraits de son documentaire « Où sont nos amoureuses » pour enrichir les ressources présentées par la constellation dédiée à Thérèse Pierre.

    Ces deux cartes valorisent également les ressources partagées via WIKIPEDIA, auxquelles nous contribuons. Les prochaines cartographies numériques seront déployées au fur et à mesure des collaborations et des projets participatifs. Nous espérons en 2018 mener des ateliers à Nantes, Rennes, Genève, Lyon… Amsterdam et ainsi créer d’autres constellations. Pour participer à ces ateliers, chacun.e. est la/le bienvenu.e, pas besoin d’être géographe ou historien.ne pour contribuer à rendre visible ces trajectoires, Il suffit de vouloir participer ! Alors si vous en avez envie, contactez-nous !

Mail : contact@queercode.net

1 Artistes de la carte de la Renaissance au XXIe siècle. Dirigé par Catherine Hofmann Editions Autrement 2012, p5 préface de Sylvain Tesson.

2 Homosexuel.le.s en Europe pendant la Seconde Guerre Mondiale. Régis Schlagdenhauffen, Julie Le Gac et Fabrice Virgili. Chapitre « Punir les homosexuel.le.s sous le IIIe Reich » p40 : « il reste très difficile d’établir combien de lesbiennes ont été internées en camp de concentration spécifiquement en raison de leur orientation sexuelle et cela notamment car peu de travaux sur les asociaux et asociales ont été menées jusqu’à présent ».

3 Idem p8

4 Mappamundi, art et cartographie. Guillaume Monsaingeon Editions Parenthèses 2013 p 40

  • 5 Portrait vidéo « Du mémorial à la cartographie de la Shoah : Serge Klarsfeld » 2014, CNRS/ENS de Lyon


The paths

Les parcours

Thérèse Pierre 1908-1945
Marguerite Chabiron 1904-1960
Ruth Maier 1920-1942

Ressources

Dossier de présentation Constellations Brisées

L'histoire de la cartographie

Resources

History of cartography

Presentation Broken Constellations

Références culturelles et artistiques
  • L’artiste militante féministe Grisélidis Réal et son poème de la postface de son ouvrage Le noir est une couleur publié en 1974 aux éditions Balland, réédité en poche aux éditions Gallimard collection Folio en 2015.
  • Bouchra Khalili et sa série The constellations, découverte à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, son projet : « effacer les frontières au profit du seul trajet : une constellation nomade ».
  • The map as art, contemporary artists explore cartography de Katharine Harmon Editions Princeton Architectural Press, 2009.
  • Mappamundi, art et cartographie de Guillaume Monsaingeon Editions Parenthèses, 2013.
  • Céline Boyer et sa série photographique Empreintes, 2013.
  • Artistes de la carte. De la Renaissance au XXIe siècle, dirigé par Catherine Hofmann Editions Autrement, 2012.
  • Atlas des contrées rêvées de Dominique Lanni et illustration Karin Doering Froger Editions Arthaud.

Digital Cartographies of the Second World War


Cartographic works related to the Second World War
  • Atlas de la libération de la France 6 juin 1944- 8 mai 1945. Des débarquements aux villes libérées de Stéphane Simonnet Editions Autrement, collection Atlas/Mémoires 2004.
  • Atlas de la Shoah, la mise à morts des juifs d’Europe 1939-1945 de Georges Bensoussan Editions Autrement collection Atlas/Mémoires 2014.

Cartographies numériques consacrées à la Seconde Guerre Mondiale

Références culturelles et artistiques
  • L’artiste militante féministe Grisélidis Réal et son poème de la postface de son ouvrage Le noir est une couleur publié en 1974 aux éditions Balland, réédité en poche aux éditions Gallimard collection Folio en 2015.
  • Bouchra Khalili et sa série The constellations, découverte à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, son projet : « effacer les frontières au profit du seul trajet : une constellation nomade ».
  • The map as art, contemporary artists explore cartography de Katharine Harmon Editions Princeton Architectural Press, 2009.
  • Mappamundi, art et cartographie de Guillaume Monsaingeon Editions Parenthèses, 2013.
  • Céline Boyer et sa série photographique Empreintes, 2013.
  • Artistes de la carte. De la Renaissance au XXIe siècle, dirigé par Catherine Hofmann Editions Autrement, 2012.
  • Atlas des contrées rêvées de Dominique Lanni et illustration Karin Doering Froger Editions Arthaud.

Cartographies des ressources féministes et lesbiennes
  • Cartographie numérique des lieux d'intérêt pour les femmes et/ou les LGB/T/I de Rennes.
    Née du constat qu’il manquait un outil répertoriant les adresses utiles à connaître pour les femmes et/ou LGB/T/I rennais-es, cette carte a plusieurs buts : favoriser la connaissance du réseau associatif et militant rennais LGB/T/I (lesbiennes, gays, bi-e-s et/ou trans et/ou intersexes) et féministe, recenser les centres de soin et de prévention affective et sexuelle, permettre aux femmes de connaître les lieux susceptibles de faire valoir leurs droits (en matière de logement, famille, couple…) ainsi que présenter les lieux de convivialité à destination de ces publics.
    Plus d’infos sur le site : https://cartographiefemmesetlgbti.wordpress.com/
    Pour contacter les créatrices :
    cartographie-femmes-et-lgbti@riseup.net

Ouvrages cartographiques liés à la Seconde Guerre Mondiale
  • Atlas de la libération de la France 6 juin 1944- 8 mai 1945. Des débarquements aux villes libérées de Stéphane Simonnet Editions Autrement, collection Atlas/Mémoires 2004.
  • Atlas de la Shoah, la mise à morts des juifs d’Europe 1939-1945 de Georges Bensoussan Editions Autrement collection Atlas/Mémoires 2014.

Cartographies of Feminist and Lesbian Resources
  • Cartographie numérique des lieux d'intérêt pour les femmes et/ou les LGB/T/I de Rennes.
    Née du constat qu’il manquait un outil répertoriant les adresses utiles à connaître pour les femmes et/ou LGB/T/I rennais-es, cette carte a plusieurs buts : favoriser la connaissance du réseau associatif et militant rennais LGB/T/I (lesbiennes, gays, bi-e-s et/ou trans et/ou intersexes) et féministe, recenser les centres de soin et de prévention affective et sexuelle, permettre aux femmes de connaître les lieux susceptibles de faire valoir leurs droits (en matière de logement, famille, couple…) ainsi que présenter les lieux de convivialité à destination de ces publics.
    Plus d’infos sur le site : https://cartographiefemmesetlgbti.wordpress.com/
    Pour contacter les créatrices :
    cartographie-femmes-et-lgbti@riseup.net

Broken Constellations

Constellations Brisées

     Un projet participatif européen, numérique et féministe de Queer Code.

    Afin de faire connaître les parcours de vie de femmes déportées et persécutées qui ont aimé des femmes, quelles que soient leurs nationalités, quels que soient les statuts de déportées que le régime nazi leur ont attribués, nous proposons un projet global alliant numérique, installations artistiques participatives, recherches historiques et féministes collaboratives.

    Cette démarche artistique et citoyenne s'inscrit dans une époque contemporaine de grands déplacements de populations cherchant à fuir des guerres, des famines, des situations climatiques dangereuses, des montées des extrêmes droites populistes en Europe et à travers le monde ainsi que la recrudescence des LGBTphobies...Cette démarche fait écho au projet de création d'un monument dédié à la mémoire des lesbiennes européennes déportées au camp de Ravensbrück.

    La référence aux constellations est multiple : aux cartes du ciel pour se repérer, comprendre et se situer dans l'espace ainsi qu'aux poèmes de Grisélidis Real...

    Ce projet met en valeur les ressources des centres d'archives allemands, néerlandais, français... Il contribue à créer du lien entre les associations LGBT et féministes, entre les historien.ne.s et les lieux mémoriels et d'archives.

    Notre première carte est dédiée à l'itinéraire de la résistante française Thérèse Pierre et la deuxième aux femmes présentées sur le site QueerCode. Nous ajoutons à cette deuxième carte la représentation des parcours non encore découverts et ceux impossibles à retrouver. Ces cartes valorisent également les ressources partagées via WIKIPEDIA, auxquelles nous contribuons. 

    Les prochaines cartographies numériques seront déployées au fur et à mesure des collaborations et des projets participatifs.

     A participative, digital and feminist European project of Queer Code.

    In order to make known the life courses of deported and persecuted women who have loved women, whatever their nationality, whatever the status of deportees that the Nazi regime has attributed to them, we propose a global project combining digital, artistic and participative installations, historical and feminist collaborative research.

    This artistic and civic approach is part of a contemporary era of large population displacements seeking to flee wars, famines, dangerous climatic situations, resurgence of extreme populist right in Europe and around the world as well as the surge of LGBTphobia ... This approach echoes the project to create a monument dedicated to the memory of European lesbians deported to the Ravensbrück camp.

    The reference to constellations is multiple: maps of the sky to locate, understand and be located in space and the poems of Grisélidis Real ...

    This project showcases the resources of the German, Dutch and French archives centers. It helps to create a link between LGBT and feminist associations, historians, memorials and archives.

    Our first card is dedicated to the route of the French Resistant Therese Pierre and the second to the women presented on the QueerCode website. We add to this second map the representation of courses not yet discovered and those impossible to find. These cards also value resources shared via WIKIPEDIA, to which we contribute.

    The next digital maps will be deployed as collaborations and interactive projects are implemented.

Cartographie des Constellations

Mapping Constellations

For reading comfort, promote full screen mode.

Cartographie interactive, pour un confort de lecture, favorisez le mode plein écran, la navigation se fait en cliquant sur les différents points.

2017 - Constellations Brisées un projet de Queer Code
2017 - Broken Constellations, a Queer Code Project
Français
English
Français
English
Français
Français
English